Accueil > Alerte > CAMBRIOLAGE DU BIMENSUEL COMPLEMENT D’ENQUETE : La SEP met le gouvernement (...)

CAMBRIOLAGE DU BIMENSUEL COMPLEMENT D’ENQUETE : La SEP met le gouvernement devant sa responsabilité

mardi 19 août 2014, par Abdoulaye Diallo

CAMBRIOLAGE
DU BIMENSUEL COMPLEMENT D’ENQUETE

La SEP met le gouvernement devant sa
responsabilité

Le Bimensuel Complément d’Enquête a été l’objet d’un
cambriolage dans la nuit du 15 au 16 août 2014. Des individus non encore
identifiés ont pénétré dans les locaux du journal situé au premier étage d’un
immeuble au quartier Dapoya à travers une des fenêtres. La porte du directeur
de publication a été défoncée par la suite et du matériel a été emporté ainsi
que de l’argent. Il s’agit notamment : d’une tablette, un ordinateur
portable, une somme de 350 000 Francs CFA appartenant au directeur et le
téléphone baladeur du journal. Ces malfrats ont fait main basse sur certains
matériels de travail et pas d’autres en l’occurrence ceux de plus grande valeur
marchande. Un ordinateur de marque iMAC encore dans l’emballage de près de deux
millions a été laissé sur place au profit d’un téléphone baladeur. Une attitude
sélective et de ciblage des objets bien curieuse qui en dit long et laisse
croire que les mobiles et les intentions de ces cambrioleurs sont similaires à
ceux des cas de cambriolage ces derniers temps dans les sièges de journaux
burkinabè. Un membre de la Société des éditeurs de la presse privée (SEP) s’est
rendu dans les locaux du Complément d’Enquête dans la soirée du samedi 15 Août
2014. Le directeur du journal, Frédéric Ilboudo et les journalistes sont moralement
abattus et éprouvent une sérieuse crainte pour la sécurité de leur propre
personne et celle de leurs locaux pour les jours à venir. Le journal à porté
plainte et les enquêtes sont en cours.

En rappel, l’incident au siège du Complément d’Enquête vient
s’ajouter à ceux antérieurs de l’hebdomadaire l’Opinion et du bimensuel
l’Evènement. Les incidents sont intervenus seulement en moins d’un trimestre et
sont trait pour trait identiques. Malheureusement, aucun de ces cas n’a encore
fait l’objet d’élucidation par l’Autorité compétente en la matière. Les
enquêtes se suivent et se ressemblent. Elles sont toutes restées, jusque-là, l’ombre
d’elles-mêmes, n’ont jamais pu permettre d’arrêter un seul des auteurs et de
faire la lumière sur ces rocambolesques et honteux cambriolages.

Cependant, l’on constate avec désolation qu’il y a une sorte de quasi laxisme des
pouvoirs publics et un mépris des gouvernants pour les menaces contre
l’existence de la presse et la sécurité des journalistes. En effet, si des
cambrioleurs sont libres de persister dans cette atteinte à l’intégrité de la
presse en récidivant dans leur actes de sabotage et de terreur morale contre la
presse, il est clair que cela procède du mépris des gouvernants burkinabè en
particulier pour les journalistes et leur profession qu’ils ne protègent pas
suffisamment en dépit de leur responsabilité régalienne de sécuriser les
institutions et piliers de la démocratie dont la presse, de même que les
citoyens et leurs biens. Il y a un manque de considération et ce qui semble
être une volonté sournoise de ne point secourir la presse face à la terreur et
à la violence des prédateurs de la liberté d’expression et de la démocratie aux
fins d’aboutir à son bâillonnement et à son silence comme peuvent l’attester
certaines attitudes : Manque de célérité dans les enquêtes, indifférence
devant les graves menaces contre les journalistes et leurs locaux, indifférence
devant l’alerte du rédacteur en chef de L’Evènement qui denonce de graves
menaces qui pèsent sur sa sécurité et sa vie, inaction en matière de sécurité
de la presse. Un fait anecdotique mais gravissime qui rend compte des risques
qu’encourent les journalistes se trouve dans les propos d’un officier de police
judiciaire, censé protéger le journaliste, enquêtant au siège du Complément
d’enquête. A l’étonnement de son collègue que les organes soient la cibles
d’attaques, répondra : « c’est
parce que les journalistes parlent trop. »

Le contexte actuel de la presse burkinabè, dont les
alertes ne semblent nullement émouvoir et sont classé comme de simples faits
divers, rappelle celui qui a prévalu et précédé au lâche assassinat du
journaliste Norbert Zongo et ses quatre compagnons en décembre 1998. Plus de seize
années après, la disparition du journaliste émérite n’a pas connue de suites,
les auteurs et les commanditaires courent toujours. Cette disparition planifiée
du directeur de publication de l’indépendant pour le simple fait de son métier
qu’il exerçait dans l’indépendance et la liberté hors de toute compromission et
influence en tout genre doit être le dernier 
crime et sacrifice commis sur l’autel des intérêts politiciens. La
presse ne doit être l’otage de personne ni le journaliste comme un instrument
au service de quiconque.

La SEP interpelle vigoureusement le gouvernement à
prendre ses responsabilités afin que la série noire des cambriolages et tous
les attentats à la liberté de la presse prennent fin incessamment et qu’il fasse
de la sécurité des journalistes et de la liberté de la presse sa priorité
urgente.  Par ailleurs, elle se réserve
le droit légitime, si rien n’est fait, d’entreprendre toutes les actions en son
pouvoir pour faire entendre sa cause auprès de la communauté nationale et
internationale. Au regard de tout ce qui
précède, la SEP :

  • Condamne énergiquement le cambriolage du
    siège du Complément d’enquête et réclame toute la lumière sur cet énième
    viol de l’espace médiatique et d’atteinte à la liberté de la presse ;

  • Témoigne tout son soutien et son réconfort au directeur de
    publication, aux journalistes et au personnel de l’organe ;

  • Proteste vivement contre le laxisme des
    pouvoirs publics, la banalisation et le mépris à l’égard de la presse et des
    journalistes face aux menaces répétées contre leur liberté et leur sécurité ;

  • Exige dans les plus brefs délais les
    résultats des enquêtes concernant tous les cambriolages perpétrés au sein des
    organes de presse (L’Opinion, l’Evènement, Complément d’Enquête) ;

     

  • Invite le gouvernement burkinabè à tout
    mettre en œuvre pour que cessent les attaques contre la presse et ses acteurs
    et que le libre exercice du métier du journalisme soit une réalité désormais
    sans risque pour les journalistes au Burkina Faso ;

     

  • Appelle les professionnels des medias à
    redoubler de vigilance et à intégrer les réflexes de sécurité dans leur
    environnement au quotidien.

     

    Ouagadougou,
    le 17 août 2014

    Le
    président

    Sy
    Moumina Chérif

   

Forum de l'article

Patientez ...
 

© Centre National de Presse - Norbert ZONGO
Adresse: 04 BP 8524 Ouagadougou 04 Burkina Faso
Tél. : 226/ 50 34.37 45–34 41 89
Fax. : 50 34 37 45
E.Mail: < cnpress@cnpress-zongo.org> Webmaster