Accueil > Activités > Grève dans les médias publics : « bilan satisfaisant », selon le (...)

Grève dans les médias publics : « bilan satisfaisant », selon le Synatic

jeudi 17 juillet 2014, par Abdoulaye Diallo

A l’appel de leur syndicat, des travailleurs de médias publics
burkinabè ont observé un mouvement de grève sur l’ensemble du territoire
ce mercredi 16 juillet 2014, comme ils l’avaient annoncé lundi dernier
au cours d’une conférence de presse. « Pas de reportages le 16 juillet,
quel que soit l’évènement », était le mot d’ordre de grève lancé par
Justin Coulibaly, secrétaire général du Syndicat autonome des
travailleurs de l’information et de la culture (Synatic) et ses
camarades, qui espère ainsi voir les autorités se encher sur leur
revendications.

A quelques heures de la fin du mouvement, Justin Coulibaly fait le
bilan et s’estime « satisfait » du suivi par les militants. Le bilan tel
qu’il l’a donné, fait état de ce que le mouvement a été bien suivi dans
les régions « malgré les menaces ». « Il a été suivi à 100% à Fada, à
Dori, Gaoua. Elle a été bien suivie à Bobo-Dioulasso, Ouahigouya,
Dédougou », affirme Justin Coulibaly.

A Ouagadougou, l’équipe de Fasozine qui a fait le tour de certaines
rédactions a pu constater qu’aux éditions Sidwaya et à l’Agence
d’information du Burkina (AIB), des agents étaient bien en place et au
travail. Souleymane Sawadogo, le directeur de l’AIB que nous avons
rencontré à son bureau, assure qu’il n’a intimé d’ordre à aucun
travailleur pour qu’il soit à son poste. « Nous ne sommes pas nombreux.
C’est donc la conscience professionnelle qui a prévalu », estime-t-il.
Pour ce qui concerne les éditions Sidwaya, Justin Coulibaly reconnait
que « la satisfaction n’a pas été à la hauteur aux éditions Sidwaya.
Mais nous allons y remédier parce que certains amis pensent qu’ils ne
sont pas concernés ». Mais, ajoute-t-il, « le mouvement a été suivi à
100% à la télévision nationale, à la webdiffusion, à la radio nationale
et à la RTB2 Centre ». Pour l’heure, le Synatic entend faire le point
après les 24 heures prévues avant de se réunir pour définir les
prochaines stratégies à adopter.

Pour rappel, la décision d’aller en grève pour 24 heures dans les
médias publics vise, selon le Synatic, à mettre la pression sur leur
ministère de tutelle afin d’obtenir la satisfaction de leur plate-forme
revendicative. Sur cette plate-forme de revendications, il y a cinq
points inscrits, à savoir : l’arrêt des intimidations et la levée des
sanctions déguisées à l’encontre des militants et sympathisants du
syndicat ; l’arrêt des pressions de tout genre sur les journalistes dans
le traitement de l’information dans le strict respect de l’éthique et
de la déontologie ; l’élaboration d’un statut particulier pour les
travailleurs des médias publics en vue de l’amélioration conséquente de
leurs conditions de vie et de travail ; la reconstitution de carrières
des agents et le rétablissement des rémunérations injustement coupées.

Abel Azonhandé

Source : Fasozine

    {id_article}
 

© Centre National de Presse - Norbert ZONGO
Adresse: 04 BP 8524 Ouagadougou 04 Burkina Faso
Tél. : 226/ 50 34.37 45–34 41 89
Fax. : 50 34 37 45
E.Mail: < cnpress@cnpress-zongo.org> Webmaster