Accueil > Alerte > Agression du Président Dioncounda au Mali : La maison de la presse lance une (...)

Agression du Président Dioncounda au Mali : La maison de la presse lance une pétition !

mardi 22 mai 2012, par Abdoulaye Diallo

MAISON DE LA PRESSE DU MALI

Medina coura Bamako,Porte : 28, Rue : 20

 tél : 20 22 19 15 / 66 71 81 44

 Bamako-Mali

 

DECLARATION/PETITITON

Le peuple du Mali s’est réveillé en cette matinée de lundi 21 mai 2012 pour apprendre, qu’au nom d’une marche de protestation, le Président de la République par intérim, le Président Dioncounda TRAORE, a été violemment agressé dans l’enceinte même du Palais de la République.

Cette agression si violente qui a concerné la personne du Président de la République par intérim, dans son intégrité physique, une si haute personnalité de l’Etat, représentant la nation dans toutes ses composantes ne saurait laisser personne indifférent.

Au delà de nos différences, de nos oppositions, de nos croyances et de nos obédiences, de nos opinions, aussi diverses que variées et même momentanément opposées, cette agression a touché un symbole assez fort de l’Etat et a atteint celui-ci au coeur et l’a frappé.

Rien ne peut et ne doit justifier un tel geste dénué de sens et de responsabilité.

 

Notre pays, le Mali, déjà abimé par l’occupation de son territoire ne saurait pendant plus longtemps encore résister contre de tels gestes qui constituent par ailleurs une infamie.

Le Président de la République par intérim est une institution sacrée à laquelle tous les maliens doivent, à défaut de s’y reconnaître, respect et considération.

 

La mémoire de notre république a été, par ce geste inadmissible, souillée par un acte grave, répréhensible et définitivement irréparable.

 

Que faire sinon louer la République et ses serviteurs vis à vis desquels l’ingratitude ne devrait pas être la part réservée.

Que faire d’autre si ce n’est de saluer les vertus de l’Etat qui doivent être le socle de la nation que nous devons bâtir, malgré nos différences,

Que dire sinon que ce pays qui est nôtre devra survivre à tous les instincts malfaiteurs qui voudraient l’enterrer,

 

Que souhaiter d’autre que les fils et les filles, dignes et nombreux de ce pays qui est nôtre se retrouvent pour laver cet affront,

Ensemble, unissons nous pour crier notre dégout de la violence politique,

Ensemble, soyons ensemble pour dire notre détermination à poursuivre notre combat pour la république,

 

Ensemble, réaffirmons notre engagement à la démocratie et au droit,

Plus forts nous serons, mieux nous nous battrons pour réussir,

 

Pour dire :

Plus jamais ça,

Plus jamais de violence,

Plus jamais ça,

Plus jamais de querelles,

Plus jamais ça,

Plus jamais de hors la loi,

Ensemble pour une transition démocratique où l’on se parle, où l’on s’engueule mais jamais on ne se donne de coups de poing.

 

 

PS : venez signer la pétition à la maison de la presse, s’il vous plaît...

 

   

Forum de l'article

Patientez ...
 

© Centre National de Presse - Norbert ZONGO
Adresse: 04 BP 8524 Ouagadougou 04 Burkina Faso
Tél. : 226/ 50 34.37 45–34 41 89
Fax. : 50 34 37 45
E.Mail: < cnpress@cnpress-zongo.org> Webmaster